Musique et technologies

Compression audio part. 6

Dommages collatéraux (en TV et en radio)

Sortons du cadre de la musique enregistrée pour nous intéresser à la diffusion du son et de la musique par la télévision ou par la radio. Soyons clair, ici commencent les horreurs et il s’agit de la véritable motivation de la publication de ces billets.

Les années 80 voient l’ouverture en France des secteurs de la radio et de la télévision à l’économie privée avec pour conséquence une concurrence effrénée.

La suite ->

Intervention Lyon 5 mars 2009

Vive la culture numérique
« Le web et la musique, une révolution »
le jeudi 5 mars 2009 à la Médiathèque de Lyon Part-Dieu
Organisation : Bibliothèque municipale de Lyon

Il s’agissait d’une conférence débat dont j’étais le modérateur.
Cette conférence est disponible sur le site Internet de la bibliothèque municipale de Lyon en format audio et vidéo :
http://www.vive-laculturenumerique.org/index.php/2009/03/10/83-le-web-et-la-musique-conference-en-ligne

Intervenants :
Gérard Guibaud, créateur de We Are Unique Records, label indépendant toulousain.
Jean-Louis Prades (alias Imagho), artiste
Mickaël Mottet (alias Angil), artiste
Kim, artiste.

Le mieux est d’aller voir.

 

Intervention Paris 11 mars 2009

XVIème séminaire des Médiathécaires du Réseau culturel français à l’étranger
9 – 12 mars 2009
« Image et son en médiathèque »
le mercredi 11 mars 2009 au Musée du Quai Branly
Organisation : Ministère des Affaires Étrangères et Européennes

Les écrans de mon intervention.
« Demain, la musique en médiathèque»
https://blog.formations-musique.com/interventions/paris-maee-mars-2009-ecrans/paris-maee-mars-2009.html
Utilisez les flèches du pavé numérique pour vous déplacer dans les différents écrans.

 

 

Compression audio part. 4

Plusieurs attitudes

Au cours des années 60, l’utilisation de la compression dans l’enregistrement de la musique rock devient un ingrédient essentiel du son, la réduction de la dynamique fait partie intégrante du son. C’est en parfaite cohérence avec cette esthétique car la compression augmente l’énergie de la musique enregistrée. Si la grande majorité des artistes vont être des utilisateurs réguliers de cet “effet” en étendant son application à d’autres types de sons, certains, plus rares, vont faire de la résistance.

La suite ->

Compression audio part. 3

Un élément de la réalisation artistique

Dans le précédent billet, nous avons vu comment des contraintes technologiques rendaient nécessaire la compression lors du transfert d’un enregistrement d’une bande analogique “master” vers le flan. Mais globalement pour les musiques acoustiques – classique, traditionnelles, jazz – l’objectif est d’avoir sur le support final un son qui soit le plus fidèle possible au son original. D’autres musiques vont s’affranchir de cet objectif.

La suite ->

Compression audio part. 1

La dynamique des instruments

Voici le premier billet d’une longue série destinée à explorer les différents aspects de la compression audio. Commençons par illustrer la notion de dynamique sur des instruments. Pour simplifier la démonstration, je prendrai uniquement des instruments acoustiques.

La suite ->

Compression informatique ou compression dynamique ?

Lorsque l’on entend ou voit des échanges à propos du son sur Internet, en particulier sur le format mp3, les interlocuteurs font souvent, très souvent, trop souvent, la confusion entre compression informatique et compression dynamique. Essayons d’éclairer la situation qui n’est pas si compliquée.

La compression dynamique ou audio est de son côté, au centre d’autres enjeux qui sont ignorés la plupart du temps du grand public mais qui participent grandement à un “formatage” actuel du son. Ces enjeux, me semble t-il, doivent être connus. Ainsi, après une clarification entre compression informatique et compression dynamique, j’évoquerai une histoire de la compression dynamique du son enregistré et diffusé.

La suite ->