Musique et technologies

Compression audio part. 3

Un élément de la réalisation artistique

Dans le précédent billet, nous avons vu comment des contraintes technologiques rendaient nécessaire la compression lors du transfert d’un enregistrement d’une bande analogique « master » vers le flan. Mais globalement pour les musiques acoustiques – classique, traditionnelles, jazz – l’objectif est d’avoir sur le support final un son qui soit le plus fidèle possible au son original. D’autres musiques vont s’affranchir de cet objectif.

La suite ->

Compression audio part. 1

La dynamique des instruments

Voici le premier billet d’une longue série destinée à explorer les différents aspects de la compression audio. Commençons par illustrer la notion de dynamique sur des instruments. Pour simplifier la démonstration, je prendrai uniquement des instruments acoustiques.

La suite ->

Compression informatique ou compression dynamique ?

Lorsque l’on entend ou voit des échanges à propos du son sur Internet, en particulier sur le format mp3, les interlocuteurs font souvent, très souvent, trop souvent, la confusion entre compression informatique et compression dynamique. Essayons d’éclairer la situation qui n’est pas si compliquée.

La compression dynamique ou audio est de son côté, au centre d’autres enjeux qui sont ignorés la plupart du temps du grand public mais qui participent grandement à un « formatage » actuel du son. Ces enjeux, me semble t-il, doivent être connus. Ainsi, après une clarification entre compression informatique et compression dynamique, j’évoquerai une histoire de la compression dynamique du son enregistré et diffusé.

La suite ->

Soniels : ventes en hausse ?

Quel « marché de la musique » ?

Le dimanche 18 janvier 2009 s’ouvrait à Cannes le MIDEM précédé de journées spécifiquement consacrées à Internet : MidemNet. Le MIDEM est évidemment l’occasion de faire le point sur le « marché de la musique ». « Marché de la musique » ? Quel « marché de la musique » ? C’est le sujet de ce billet, car suivant la source, on ne parle pas de la même chose.

La suite ->