Armen Ra future star du Theremin

Armen Ra future star du Theremin

A l’occasion d’une formation sur les musiques électroniques que j’anime ces prochains jours, je remets à jour mes documents et mes connaissances. Dans cette formation, j’évoque une histoire des instruments électroniques et en particulier celui qui est le premier historiquement et sans doute le plus emblématique de tous : le Theremin inventé par Léon Theremin. Et à ma grande surprise je suis tombé sur une pépite qui est sans doute amenée à devenir une star de l’instrument.

La suite ->

Musique, Pono et Neil Young (suite)

Musique, Pono et Neil Young (suite)

Pour répondre au long commentaire de Pol à l’article précédent Sur le métier, remettons le Pono de Neil Young voici une suite avec quelques précisions. J’ai également fait entre temps une petite expérience concrète intéressante. Je reviens sur le propos de Neil Young qui déclare que dans un fichier mp3 à 128 kbps, 95 % des informations ont été perdues. Comme je l’ai indiqué, il exagère un petit peu sur les chiffres c’est presque 89 % (100 -1411/128) ce qui est déjà énorme.

La suite ->

Sur le métier, remettons le Pono de Neil Young

Sur le métier, remettons le Pono de Neil Young

[mise à jour 7 août 2014]

Un des problèmes majeurs des débats actuels sur la qualité du son des fichiers numériques (soneils) est qu’il est (très) complexe et que le discours communication ou marketing doit, lui, être simple voire parfois simplet pour être compris. D’où un nombre d’approximations et parfois d’erreurs importantes (voir par exemple mon article sur le Bu-ray Pure Audio). En 2014, il aura été beaucoup question du Pono, système créé par Neil Young, qui est un nouvel arrivant sur ce secteur. La partie visible du système Pono c’est le PonoPlayer : un lecteur de fichier numérique audio – dans de nombreux formats – le PonoMusic Store qui vendra des fichiers certifiés et la PonoMusic App, logiciel qui permettra la gestion de la bibliothèque et la synchronisation des fichiers entre le disque dur et le lecteur. Le site de PonoMusic parle d’éco-système (qui ressemble bigrement à iTunes) sans DRM.

La suite ->

Quelques dates des musiques actuelles en France

Quelques dates des musiques actuelles en France

L’histoire des musiques actuelles en France c’est l’histoire d’une reconnaissance. D’une reconnaissance par l’État et les institutions de pratiques musicales et d’acteurs qu’ils avaient jusqu’alors délaissés et la contrepartie – classique en France – la demande d’aide de la part de ces acteurs.

Photo  (CC BY 2.0) – Auteur Charlotta Wasteson

La suite ->

Stradivarius : fin d’un mythe ?

Stradivarius : fin d’un mythe ?

Titre facile car déjà beaucoup utilisé mais c’est bien de cela qu’il s’agit. Une nouvelle recherche sur le sujet vient de publier ses premiers résultats. Les violons fabriqués par le luthier Stradivarius (Antonio Giacomo Stradivari,  1644-1737,  Crémone, Italie) sont-ils aussi exceptionnels qu’on le prétend ? Meilleurs que les violons modernes ?

La photo © CNRS PHOTOTHÈQUE/ H. RAGUET
disponible https://lejournal.cnrs.fr/diaporamas/stradivarius-la-fin-dun-mythe La suite ->

Alors, ce Blu-ray Pure Audio ?

Alors, ce Blu-ray Pure Audio ?

Le 14 mai 2013 avait lieu une conférence de presse d’Universal Music France pour annoncer le lancement du Blu-ray Pure Audio. Comme souvent, dans notre monde saturé d’annonces d’innovations technologiques, beaucoup d’imprécisions ont été entendues à cette occasion. La première étant qu’il s’agissait… « d’une première ». Il suffit de se rendre sur le site de 2L pour constater que le Blu-ray Pure Audio est déjà une vieille histoire. 2L est un éditeur norvégien qui a, sans doute (soyons prudent), été le premier à publier un Blu-ray uniquement avec du son alors que ce support est surtout connu pour la vidéo. Le premier Blu-ray de 2L – qui ne s’appelait pas encore Pure Audio – a été publié en mai 2008. Oui, en mai 2008 ! Soit 5 ans exactement avant la conférence de presse d’Universal. 1

La suite ->

Sacem, qualité du son et droit

Sacem, qualité du son et droit

Je suis souvent interrogé (et je m’interroge moi même) sur la qualité du son enregistré. Il n’aura échappé à personne que l’évolution des technologies à considérablement bousculé le rapport qu’ont les amateurs de musique avec “cette” qualité du son. J’étais donc tout à fait intéressé par le dossier publié par la SACEM dans son magazine Magsacem (voir photo ci dessus) n° 86 de Janvier-Avril 2013 et j’ai eu une petite surprise.

La suite ->