About Rettel Gilles

http://www.formations-musique.com

Posts by Rettel Gilles:

Musique en bibliothèque CG 35

Voici mes présentations utilisées lors des

« Musique en bibliothèque :
Quelle (s) offre (s) de services face aux nouvelles pratiques ? »

Jeudi 26 et vendredi 27 janvier 2012 à l’auditorium des Archives départementales à Rennes

Quelles évolutions du marché de la musique et des pratiques musicale des publics ?

Comment organiser la rencontre entre le public et les œuvres ?

Un certain nombres de ressources sont dans les commentaires de la présentation

Les animations ci-dessus proviennent de Google Docs, il est possible que suivant les protections de votre ordinateur et réseau vous ne puissiez pas les voir.
Utilisez alors ces liens directs :
https://docs.google.com/present/view?id=dghmfm2j_95gbx4jzgt
https://docs.google.com/present/view?id=dghmfm2j_164hfpgx3j3
Vous pouvez alors cliquer sur le lien « Afficher la présentation en ligne dans une nouvelle fenêtre » pour ouvrir en grand.

« Chaque génération est un peuple nouveau »

Cette citation est souvent attribuée à Alexis de Tocqueville, en fait, il semble qu’elle soit incomplète et que la phrase entière soit ; « Chaque génération qui naît dans leur sein [les démocraties] est comme un peuple nouveau qui vient s’offrir à la main du législateur.» [1] Elle explique en partie ce qui suit. Une des particularités des musiques actuelles est de se renouveler tous les huit ans. Ce renouvellement s’effectue toujours par la génération la plus jeune (globalement et pour simplifier les 16-24 ans) qui est donc un « peuple nouveau ». Cela signifie que dans les musiques actuelles tous les huit ans environ les courants innovants, dominants, à la mode changent. Cela ne signifie pas que les anciens artistes disparaissent, ils ne sont plus dans les musiques actuelles. Autre façon de présenter le problème, les derniers albums de Neil Young et de Paul Simon sont-ils les premiers choix d’achat d’un adolescent ? Statistiquement, non, quelques soient leurs qualités artistiques.

La suite ->

Faire fonctionner les oeuvres 2

Voici ma présentation « Faire fonctionner les œuvres » utilisée lors des « Musique numérique en bibliothèque »
Journée d’étude ABF Alsace
Médiathèque de Cernay et environs
11 avril 2011

L’animation ci-dessus provient de Google Docs, il est possible que suivant les protections de votre ordinateur et réseau vous ne puissiez pas la voir.
Utilisez alors ce lien direct :
http://docs.google.com/present/view?id=dghmfm2j_93g89rq6fs
Vous pouvez alors cliquer sur le lien « Afficher la présentation en ligne dans une nouvelle fenêtre » pour ouvrir en grand.

Faire fonctionner les oeuvres

Voici ma présentation « Faire fonctionner les œuvres » utilisée lors des « Rencontres du 3e lieu »
Journée d’étude VDL – Bourgoin-Jallieu
13 décembre 2010

L’animation ci-dessus provient de Google Docs, il est possible que suivant les protections de votre ordinateur et réseau vous ne puissiez pas la voir.
Utilisez alors ce lien direct :
http://docs.google.com/present/view?id=dghmfm2j_87g6wbf9g7
Vous pouvez alors cliquer sur le lien « Afficher la présentation en ligne dans une nouvelle fenêtre » pour ouvrir en grand.

Réenchanter le monde : c’est pas gagné

L’idée de cette expression est qu’il faut réenchanter le monde car il serait désenchanté. Cette notion de "désenchantement du monde" fut développé par le sociologue Max Weber au début du 20e siècle dans son ouvrage: "Éthique protestante et l’esprit du capitalisme". [1]
"Le grand processus, au plan de l’histoire des religions, de désenchantement du monde, qui a débuté avec la prophétie du judaïsme ancien et, en association avec la pensée grecque scientifique, a rejeté tous les moyens magiques de recherche de salut comme relevant de la superstition et du sacrilège, a trouvé ici sa conclusion."
Max Weber.

La suite ->